Le système

Objectifs et Concepts du mouvement

La notation Benesh a pour objectif de figurer le schéma corporel dans l’espace, tout en reproduisant la trajectoire du mouvement dans le temps.

Exemple de mouvements notés en Benesh

Exemple de mouvements notés en Benesh

Exemple de chronophotographie

Exemple de chronophotographie

A la recherche d’un concept visuel, Rudolf Benesh se penche sur les chronophotographies d’Etienne-Jules Marey, un des pionniers de la photographie.

Rudolf Benesh en tire l’idée de représenter le mouvement en captant les instants-clef, ou « key-frames » terme usité pour les montages de film. De l’infinité des positions intermédiaires, il ne retiendra que ce que l’œil perçoit et le transcrit sous forme de traits continus.

Concept du mouvement

Concept du mouvement retenu par Rudolf Benesh


Mise en écriture

Le concept du mouvement ainsi établi, Benesh s’impose trois critères prioritaires : « simplicité, précision, efficacité ».

Benesh s'inspire de l'Homme de Vitruve

Pour y arriver, il cherche le mode de figuration du corps le plus économe. Il se réfère à « l’Homme de Vitruve » de Leonard De Vinci et trace cinq lignes par dessus le schéma corporel.

Il retrouve ainsi une portée analogue à la portée musicale qui se lit de gauche à droite ce qui correspond à notre représentation du déroulement du temps.

L'organisation de la portée

Rudolf Benesh peut dès à présent réduire le schéma corporel à l’essentiel,  extrémités, systeme_figure5articulations et segments, pour ne plus être représenté que par des signes distinctifs qui se placeront sur la portée pour obtenir un pictogramme.

Toujours dans un souci de simplicité et de clarté maximales, il choisit d’édifier cet alphabet sur trois signes élémentaires : le trait vertical, le trait horizontal et le point.

Les signes de base

Les 3 signes de base


Ces trois signes de base situent les extrémités, mains et pieds dans les trois plans du corps : en avant , dans le plan et en arrière du corps.

Les 3 signes qui situent les extrémités en relation au corps.

Les 3 signes des extrémités.

La portée donne une échelle de hauteur.

La portée donne une échelle de hauteur.

Signes communs aux pieds et aux mains, ils figurent l’un ou l’autre dès qu’ils sont placés sur la portée et forment un pictogramme.

La succession de pictogrammes, lus de gauche à droite, restituent les instants qui caractérisent et articulent la forme du mouvement de manière indispensable : ce sont les « instants-clef« .

Le passage d’un instant-clef à l’autre est indiqué par les lignes de mouvement qui restituent le tracé dessiné par les extrémités dans l’espace.

les lignes de mouvement animent les instants-clef

Les lignes de mouvement animent les instants-clef.

Haut ^


Mise en pratique

Nous vous invitons à visiter le site e-benesh.fr conçu pour un apprentissage ludique et instinctif du système.