Le Benesh Institute

Sa mission ∨

institute

photo@Ato Kando – coll Benesh Institute De gauche à droite : Rudolf Benesh, Carolina Shercliff, Kathleen Russell, Monica Parker, Melvina Bura.

« With the rapid developments in choreology and the increasing demand for professional choreologist, it became evident that an institute of choreology was needed. »
Rudolf Benesh, Reading dance, The birth of choreology, p7

Rudolf et Joan Benesh fondent le Benesh Institute of Choreology à Londres en 1962. Il est inauguré par le chorégraphe Frederic Ashton, son président, en présence de la ministre de la Culture et il est placé sous le patronnage de danseuses et chorégraphes majeures de cette époque : Margot Fonteyn, Tamara Karsavina, Ninette de Valois, Marie Rambert.

L’apport de la foundation Gulbenkian et de deux autres trust, the Leverhulme  and the Pilgrim Trust, contribuent à l’achat de locaux qui abritent  le premier cours professionnel de notation Benesh à temps plein.

Dix années plus tard, s’ouvre le centre de formation en résidence de l’Institut dans le Sussex. Conçu selon un programme de diplôme universitaire de trois ans, l’enseignement dispensé était bien en avance sur son temps. Outre l’étude du système, il intégrait la pratique de la danse classique, des techniques Graham et Limon, ainsi que la pratique du  Baratha Natyam. A cela s’ajoutaient la musique, l’anatomie,  le dessin et l’étude du nu. L’ensemble de ces options  avaient pour finalité l’étude de la choréologie par le biais de la notation Benesh.

Au moment du décès prématuré de Rudolf Benesh en 1975 à l’âge de 69 ans,  Joan Benesh se retire de toute activité publique et elle confie l’avenir du Benesh Institute et du système aux choréologues, pionniers de la première heure.

Haut ^


Trois directeurs se succèderont jusqu’à nos jours en 2014. Monica Parker, qui prit les rennes à la suite de Benesh,  est reconnue pour avoir largement contribué à la promotion du système auprès de chorégraphes et de compagnies en plus de son apport en tant que choréologue attitrée du choregraphe Kenneth MacMillan.

En 1990, sous la direction d’Andrew Ward, le Benesh institute intègre la Royal Academy of Dance (RAD). Andrew obtient du  Conseil des arts de l’Angleterre et de la Fondation des Sports et des Arts qu’ils contribuent à  la conception d’un nouveau logiciel d’édition de partitions, Benesh  Notation Editor,  en collaboration avec l’Université de Surrey.

En 1997, après son incorporation au sein de la Royal Academy of Dance, Liz Cunliffe est devenue directeur technique de l’Institut Benesh et est nommée directrice en 2000. Liz a consacré une grande partie de son énergie à la réalisation du Benesh Notation Editor ainsi qu’à la rédaction de l’Encyclopédie de Choréologie, un ouvrage de référence complet sur le système, qui sera mis en ligne courant 2015.

Haut ^


La succession de Rudolf Benesh pour l’évolution du système fut assurée essentiellement par Adrian Grater. Engagé directeur technique par Monica Parker, il eut pour tâche de répondre aux besoins des choréologues face à la créativité diversifiée des chorégraphes et face à l’usage du système dans d’autres univers. Adrian rempli sa tâche avec beaucoup de discernement et il a largement contribué à  l’efficacité pérenne du système.

Haut ^


The Benesh Institute

Sa mission

Dispenser l’enseignement du système Benesh au niveau professionnel.

Maintenir l’intégrité et l’universalité du  système Benesh.

Répondre aux besoins des praticiens et assurer de ce fait le développement du système qui se réfléchit au sein d’un comité technique.

Assurer le suivi  du  Benesh Notation Editor, logiciel conçu pour éditer les partitions.

Agir en tant que centre de ressource et de référence pour toute recherche  relative aux oeuvres notées, aux chorégraphes et compagnies qui ont recours à la notation Benesh.

The Benesh Institute – RAD
36 Battersea Square
London
SW11 3RA
site

Haut ^